Réseaux sociaux, bots et popularité fictive

C’est marrant à quel point la popularité sur les réseaux sociaux est devenue importante, au point que certains seraient prêts à tout pour grappiller quelques followers. Sans compter ceux qui sont heureux d’avoir des centaines d’amis sur Facebook pour, finalement, ne parler à aucun. (Ce sujet est d’ailleurs pas loin de ce que j’évoquais dans un précédent article).

Ainsi, ces personnes n’hésitent pas à débourser leur argent des bots qui les suivront par la suite. Autrement dit, ce sont des faux comptes, complètement inactifs et gérés par des machines.

Pourquoi faire ça ? A quoi ça sert d’avoir 10 000 followers si c’est pour qu’aucun ne soit actif ? A quoi bon avoir 700 likes sur ses photos si personne ne les aime réellement ? Je me pose la question, et je vous la pose également.

J’imagine que c’est pour jouer, encore et toujours, à celui qui a la plus grosse. Ou pour que le grand public qui n’est pas au courant de ces pratiques jalousent cette personne. Je ne sais pas, tout ce que je comprends c’est que c’est extrêmement égoïste. Cette soif de reconnaissance est en désaccord parfait avec le but premier des réseaux sociaux, faire de nouvelles rencontres.

On le sait, les personnes ayant le plus de followers sont les personnalités grand public (chanteurs, acteurs, politiciens…) ou encore les marques les plus connues. C’est tout. Les autres sont ceux ayant acheté des bots pour qu’ils soient suivis, c’est comme ça. Alors, il vaudrait mieux essayer de faire quelque chose de créatif, d’utile pour que les gens vous apprécient. Vous verrez, ce sera bien mieux pour tout le monde.

Avoir 300 followers réels et tous leur parler dans la convivialité est bien plus jouissif que le contraire, croyez moi.

Voilà, ce ne fut pas un article long, pas spécialement bien construit et encore moins recherché. Il fallait que j’en parle, c’est tout.

Nacks

Ma vie, mes idées, mon actualité.

 

 

Un commentaire sur “Réseaux sociaux, bots et popularité fictive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.